Après avoir fêté noël entre Graciosa et Lanzarote, nous avons rejoint Las Palmas, la capitale sur Gran Canari pour 3j.

L’arrivée a été mouvementée avec un bateau à moteur qui a eu la merveilleuse idée de stopper juste devant nous alors qu’on arrivait avec les voiles et le moteur combiné. Laurent voulait abattre les voiles dans l’avant port à cause de la houle mais l’autre bateau à contrecarré ses plans. Réveillés par le bruit du moteur a fond sur la marche arrière, j’ai vu Güneş sauter du lit pour rejoindre les garçons. Avec le vent et la houle, la grand voile est allée faire trempette au lieu de descendre bien sagement sur la bôme, ce qui nous a valu un skipper énervé, un capitaine stressé, et moi renvoyée à l’intérieur pour être sur que je finirai pas à l’eau avec la voile. Finalement une foi tout remis plus ou moins en place on a rejoint le quai d’accueil, et tout le monde est repartis dormir en attendant que la capitainerie ouvre ses portes pour obtenir une place au port. On a rebougé en début d’après midi et fait connaissance avec notre nouveau voisin, un skipper allemand de 68 ans fort sympathique qui nous a divertis avec ses mésaventures. Dans la foulée, on a filé en ville pour trouver des cadeaux, c’était l’anniversaire de notre capitaine. On est allé avec Laurent sur l’avenue des Champs Élysées locale, pour explorer les 2 plus gros magasins à la recherche d’idée. Heureusement pour nous, il y avait des plans sinon je pense qu’on y serai encore. Le rayon des vins était classé par ordre de prestige des bouteilles, et plus on montait plus les bouteilles avaient d’antivol et de cadenas. Vu nos connaissance dans le domaine, (papa bosse dans le vin français, pas espagnol…) on en a pris une dans la catégorie gros antivols.

anniversaire philip

Accompagné de 2 bouquins en espagnol pour faire une nouvelle langue à son CV (allemand, portugais, français et américain) et une autre babiole, on a fait un dernier tour devant les vitrines animées avant de rentrer au bateau fêter ça. Et Laurent avait même passé le mot au resto le soir pour avoir une bougie sur le dessert.Le lendemain, il ne faisait pas très beau et personne n’était motivé pour sortir, d’autant plus que nous avions une connexion internet à bord… Même pour le resto, nous avons été à l’un des plus près.

On s’est quand même motivés pour faire les touristes avant de partir et c’était pas mal d’aller se dégourdir les jambes car ce n’est pas sur le bateau qu’on va le faire. On est allé jusqu’à la grande cathédrale dans la vieille ville et en chemin j’ai mis en pratique mes restes d’espagnol scolaire. Une phrase, faut pas trop en demander non plus et je suis fière de moi d’avoir compris toute la réponse pour m’entendre demander à la fin en parfait anglais d’où l’on vient. vue sur la villeNous avons trouvé très facilement, c’était presque direct ! On était en début d’après midi mais les rues étaient presque désertes, ils étaient sûrement tous à la sieste puisque 2h plus tard les rues étaient bondées. Partis très prévoyants et organisés, c’est à dire les mains dans les poches, on est arrivés à destination assoiffés. Le serveur qui baragouinait anglais en a profité pour nous informer que si on voyait des comportements étranges c’est normal, c’est le jour de Saint Innocent et la coutume veut que ce soit le jour des blagues. Après un tour au musée et dans la cathédrale plutôt simple et très spacieuse, nous sommes montés (avec l’ascenseur, c’est sacrément haut) entre les clochers pour admirer la ville et les alentours avant de rentrer par les rues piétonnes et le bord de mer.