Nous avons fait un brin de lessive à la petite cascade jute à coté de notre tente et Gunes a un peu trop pris le soleil en attendant que les habits sèchent.
Du cou, quand un homme nous a abordé et proposé l’hotel pour 2000 leke pour 2 (13 euros), on a accepté. ça nous fesai aussi un jour pour souffler.
Il nous a présenté au fromager du village, aussi propriétaire de l’hotel. Il possède une petite fromagerie fait main excellente. Et franchement, moi qui ne suis pas du tout fan du fromage albanais je suis devenue accro à celui là. Il nous en a servi du tout chaud qui sortait de la casserole avant d’etre pressé, miam!
Dernière montée de la journée pour atteindre l’hotel en surplomb du village. On a commencé avec la rencontre d’une famille qui nous a offert des coca avant de continuer par un déjeuner avec bien sur 3 sortes de fromage et yaourt en plus de la salade concombres, tomates et poivrons. On a digéré tout ça dans une chambre avec grand lit et salle de bain privée.
Le gérant nous a laissé seul tout l’après midi pour retourner travailler aux champs. Il a fait son retour vers 8h avec le fromager et le gas de la petite scierie.
Ces 3 gaillards de 55 à 84 ans nous ont aidé pour repérer notre futur chemin sur Google Earth qui bien sur n’a jamais voulu faire le point sur cette partie et finalement éplucher toutes leurs archives pour trouver une carte mais aucune ne correspondait à notre destination. Ne parlons pas de notre carte qui a disparu entre Cacabeghe et Paper…
On a laché l’affaire pour la soirée et partagé tous ensemble le diner avec poisson frais de la rivière, frittes et soupe de flgeolais. Les gas nous ont fait un concert de chants locaux puis el plus agé nous a créé une chanson nous souhaitant d’avoir un enfant ensemble. L’ambience était plus que conviviale.
Le lendemain matin, coupage de barbe pour Gunes, pour une fois qu’on avait de l’eau à volontée j’en ai profité.
Après le petit déjeuner et nos sacs remplis de fromages et pain frais, le fils de l’un des gas nous a pris en charge pour nous guider à travers la montagne. On devait ABSOLUMENT couper car la route de macadam était bien trop longue à pieds. Et puis c’était “DIRECT”!