nouveau type de pecheGibraltar était super pour faire joujou avec les Apes, mais ça a aussi été un chamboulement a cause des réparations et presque des ennuis avec l’immigration.

Il a fallu plusieurs jours pour venir a bout des réparations, passer une sangle de métal sous un tank remplit de 500l d’essence a été un bon casse tête ! Ce casse tête ayant duré presque 8j, c’était la crise de notre petit monde de voyageur. Les garçons ne voyaient pas de solution, et il a fallu envisager d’autres moyens de se rendre a destination. On est passé par un peu tout type de plans aussi à cause de l’immigration qui n’était pas en reste : aller faire un tour au Maroc en attendant, ou trouver un autre bateau, ou prendre un avion… Gibraltar étant anglais, ils n’avaient pas spécialement envie qu’un turc foule leur sol et c’est a cause des réparations urgentes qu’on a pu rester au grand dam de notre « agent » qui nous a répété bien plus d’une foi que ce serai mieux pour nous d’aller voir ailleurs, par exemple chez les voisins espagnols mais pas sans visa shengen, même si c’est juste pour manger de l’autre coté de la frontière… pour cette histoire notre capitaine a eu une sacrée patience.

coucouEn attendant, les garçons ont fait divers bricolages sur le bateau et notamment se sont transformés en pêcheurs  mais pas pour les poissons, c’était pour éponger l’eau de la cale. Laurent est aussi allé inspecter le haut du mat, la vue d’en bas ne lui suffisait plus. On a fini par arriver à résoudre le pb de cale grâce au transfert d’une partie d’essence dans le tank n°2 (ouf on avait utilisé le moteur en venant) et a un cric prêté par un voisin de port. Je dis on mais c’est plutôt les garçons, je suis arrivée pour la touche finale qui consistait à se contorsionner dans la cale pour rattraper l’autre bout de la sangle. L’électricien de son coté avait fini de réparer les alternateurs. On a fêté ça avec une grosse fondue au chocolat !