Je vis autour d’Avignon depuis l’enfance, et je n’ai pas le souvenir d’avoir visité une seule fois le Palais des Papes. C’était l’occasion de le découvrir avec pour bonne excuse de le montrer à Güneş et à ma grand mère qui ne le connaissait pas plus que moi.C’est un immense dédale de couloirs et salles qui monte et descend, dans l’ensemble bien expliqué avec l’audioguide, les maquettes et les petits films. Par contre, il faut prévoir 4 bonnes heures si on veut faire la visite à fond. Au bout de 3h on a été poussés dehors car ils fermaient, et pas forcément très gentiment.

Voici un petit résumé pour nous rappeler son histoire.

Pourquoi à Avignon ?

A la fin du moyen age, Rome lieux du tombeau de St Pierre (1er pape) avait perdu de son influence et Avignon se trouvait sur une grande route commerciale, avec le seul pont qui enjambait le Rhône. Le pape Clément V ne voulais pas rejoindre Rome à cause des conflits y régnant.Avignon était aussi une base stratégique avec sa frontière du royaume de France et le St Empire Romain Germanique. Du cou son successeur Jean XXII qui connaissait très bien la ville pour y avoir été évêque s’y est installé. Il a commencé à modifier l’église et faire une salle d’audience.

La construction du palais :

La construction du vrai palais à l’origine était de 1934 à 1942 par Benoît XII mais les 5 successeur n’ont eu cesse de changer sa structure en doublant la superficie, créant une tour, un jardin, et maintes modifications étant digne d’un prince pour montrer leur puissance. Le trésor de l’église a permis tout ces changements, et les livres de comptes de cette époque sont sous clé au Vatican.

Le retour à Rome :

Grégoire XI ramena la papauté à Rome en 1976 et y est décédé 2 ans plus tard. Son successeur, Urbain VI qui est resté à Rome, ayant été élu sous la pression romaine, les cardinaux se sont retirés et ont élu un 2e pape Clément VII revenu s’installer à Avignon. Ça a créé le grand Schisme.

Le grand siège :

Benoît XIII, le successeur avignonais élu en 1394 qui avait promis de se démettre si besoin pour faire cesser ce schisme, a changé d’avis une fois élu ce qui lui a valu l’abandon de la part de ses alliés. Un siège de 5 ans s’en est suivi et finalement malgré les entrées du palais bien gardées, le pape a réussit à s’enfuir en 1403. S’en est suivi bien d’autres histoires avec les papes, mais plus en lien direct avec le palais d’Avignon.

Le palais après les papes :

Il a changé maintes et maintes fois de titulaire italiens. Il a été régulièrement attaqué par les rois de France. Le ”Vaucluse” actuel n’était pas français à cette époque là. Lors de la révolution, il a été pillé puis le ”Vaucluse” s’est rallié a la France. Le palais a encore servis pendant de nombreuses années comme caserne militaire avant d’être repris en charge pour être rénové le siècle dernier. Début 19e, il a été classé au patrimoine de l’Unesco.

 

Pour plus d’infos sur les visites, voici leur site web : palais des papes

Dans la foulée, nous sommes passés sur la place de l’horloge (qui avait des personnages mobiles mais depuis que l’horloger spécialisé est décédé elle ne bouge plus) avec son carrousel et sous le pont d’Avignon dont son vrai nom est le pont St Benezet. Il doit ce nom a la légende racontée sur son origine, répétée a tue tête au moment de sa conception pour récolter des fonds. Un jeune berger, Benezet, aurai vu le Christ lui donnant pour mission de faire construire un pont sur le Rhône. Il a alors dépensé ses 3 dernieres pièces pour traverser et se rendre auprès du pape a Avignon. Le pape lui a alors soumis un défi : si il pouvait soulever une énorme pierre pour faire la fondation du pont alors la construction serait engagée. Benezet réussit et la construction se fit. D’abord géré par un monastère, la ville s’en est chargé plus tard. Le pont a été détruit maintes fois a cause des fortes crues du Rhône puis un autre plus élevé lui a succédé, laissant celui ci de nombreuses années a l’abandon avant d’être en partie restauré.