Un peu après Baldushk, la route qui était d’asfalte s’est soudainement arrètée pour laisser place à du macadam. Le genre de macadam adapté pour les anes et pour nos deux pieds.
On a vu un nombre incalculable de ces derniers, ils sont partout! Les anes servent autant de moyen de transport pour les gens que pour les foins, le bois ou autre… On voit très peu de chevaux. Il sont surement moins adapté au terrain montagneux ou plus chers à l’achat…
Nous avons commencé le secteur montagneux, mais pas trop haut histoire d’y aller en douceur. Pour rejoindre Cacabeghe, c’était direct selon les locaux. Ils oublient qu’il y a un nombre incalculable de croisements en chemin partant dans tous les sens, parfois pour la meme destination et parfois non… Nous en étions a nous demander si on tirerai à pile ou face pour une de ces nombreuse intersection dans la montagne quand 3 guides sont apparus. Leur timing était parfait : 1 maman avec son fils de 5 ans et leur ane.
Ils nous ont conduit dans un véritable dédale de sentiers et raccourcis à travers champs avec un grand sourire! avec nos tete completement paumés ils sont pas près de nous oublier. La pluspart du temps, l’ane qui connait le chemin pour rentrer chez lui menait la danse avec au départ le petit sur son dos puis mon sac. Et bien j’avais oublié à quel point il est facile d’avancer en montagne sans sac, ça donne presque l’impression de voler! Et autant dire que j’étais super heureuse car le sentier n’était pas des plus aisé.
Après plus d’une heure partagée jusqu’à chez eux, nous ont laissé continuer par la route de macadam qui redémarrait non loin.
Nous commencions a regarder pour poser la tente quand un 2e guide nous a pris en main. En passant, Gunes a eu droit a une réserve de tabac maison local puis il nous a montré le meilleur endroit avec un superbe point de vue sur toute la vallée et loin de chiens ou autres animaux qui peuvent etre embetant avec une tente. Nous avons diné devant un coucher de soleil flamboyant.
Avez vous déjà été perdu puis guidé par un local?