Au départ prévue pour un moi, finalement c’est bien partit pour y rester 2! Nous sommes chez Güneş et passons du bon temps. C’est un repos bien mérité qui s’est offert à nous, le temps de planifier la suite. Bon aujourd’hui on est toujours dans l’incertitude de la suite, on court toujours après l’espoir de trouver un voilier pour traverser l’Atlantique. En attendant, Izmir est ma nouvelle ville! Et comme je l’ai dit à la radio, la vie d’Izmir conciste à manger, boire et profiter de la vie en bord de mer!

Son nom d’origine Smyrne viendrai d’une reine Amazone. Coté histoire, Smyrne fait partie des sept Églises d’Asie citées dans l’Apocalypse, une des 7 églises originelles de la chrétienté. A partir du IVe siècle, Izmir fut tour à tour la propriété des Byzantins, des croisés, des génois, des turco-mongols, de l’empire Ottoman puis des grecs à partir de 1919 avant d’être reprise par Ataturk trois années plus tard. Dans toutes cette série, la légende dit qu’Alexandre le Grand s’est endormi au pied d’un figuier et a eu la visite de deux anges lui disant de reconstruire Izmir sur une des colline pour en faire une grande citée. Il y a aussi les ruines de son château, Kadifekale (le château de velours en turc), au sommet d’une colline surplombant la ville mais on y est pas allé. Les quartiers l’entourant ne sont pas “sécurisés” donc la visite des ruines est déconseillée. Plus récemment,  un gros incendie lors de l’échange des populations en 1922 a détruit presque toute la ville pendant que les grecs sont repartaient chez eux et les turcs des Balkans (partis là bas pendant l’empire Ottoman) s’installaient à leur place. Donc encore maintenant, la majorité de la population de la ville est originaire des Balkans. Tout ce mélange explique son coté multiculturel entre Orient et Occident et son architecture moderne.

Les rares monument historiques sont la tour de l’horloge en centre ville, dont la construction a été ordonnée par le Sultan qui s’était rendu compte que les bureaucrates d’Izmir ne passaient pas trop d’heures au boulo. L’ancien Bazar de Kemeraltı qui est un bazar fermé avec une place au centre, ou les riches commerçants s’arrêtaient après avoir parcourus la route de la soie pour s’y détendre (hammam et filles) et y faire du commerce. Et l’Asansör, ascenseur datant de 1907 construit par un frenchi pour permettre à la population de circuler plus facilement entre le haut de la falaise et le centre ville bien sur payant à la montée mais gratuit pour la descente. ça évite de faire un gros détour avec bon nombre de virages en voitures mais pour les sportifs, il y a aussi la version escalier (155 marches).

Il y a d’autres légendes entourant cette ville,

telle que Homère (auteur de l’Iliade et l’Odyssée)  qui aurai vécu ici, ou Tantales le  seul homme ayant accès à la table des dieux et qui a été punis par Zeus à être immergé jusqu’au cou sans jamais pouvoir boire l’eau dans un lac en bordure de la ville.

Et cerise sur le gâteau, çesme c’est à dire la mer limpide sur la jolie plage de sable blanc se trouve à moins d’une heure d’Izmir!!! En plus l’eau y est thermale, donc elle reste chaude toute l’année. Hum!