Après presque 3 semaines à Tirana, nous avions grand besoin de changement d’air.Passer de notre mode randonnée dans les villages à la vie en ville est un sacré changement. C’était retrouver le monde des klaxons à toutes heures, essayer de rester en vie en traversant une rue : ici les piétons ne sont pas du tout prioritaires! Bref nous commencions à sérieusement fatiguer.
Donc nous avons pris le chemin des plages direction le sud du pays pour un grand WE (mercredi à lundi). La route jusqu’à Vlore, plus gros port commercial du pays s’est faite en bus.

Nous avons passé notre première nuit sur la plage, grandement déçus par cette banale bande de sable de 15m de large entre la route et la mer. ça ne resssemblait en rien à ce que nous décrivait le petit guide tourisique… Mais c’est remonté dans notre estime le lendemain quand nous avons vu les autres plages publiques un peu plus loin.
Nous avons continué sur notre lancée et passé la plus grande partie de la journée à Radhima, le village suivant, étalés sur des transats avec la plage privée juste pour nous. Le proprio nous avait pris en stop et laissé libre accès. De toute façon ici la saison commence en juillet et il y a pas foule avant.


La soirée s’est passée sur une plage de Orikum, village d’après. Nous étions les premiers touristes de l’année. Dans cette partie la mer est plutot verte et peu salée. Se rhabiller sans prendre de douche ne pose aucun souci. C’est un lieu super pour les familles car calme et moins touristique, avec quelques hotels et restaurant. Derner détail important pour les enfants : l’eau reste peu profonde sur plusieur dizaines de metres.
Nous avons fini le WE à Dhermi, une plage paradisiaque avec l’eau bleu cristal et des petites criques peu fréquentées dù à la présence d’une grande plage juste avant. Contrairement à Orikum, l’eau y deviet vite profonde et est chargée en poissons, un régal pour les yeux.
Retour au bercail lundi matin par le fameux train Albanais.