Un Lac Original, pas eau mais goudron!

Nous avons continué notre programme instauré par Leanna et après une matinée un peu vaseuse car Gunes était malade, nous nous sommes finalement lancés pour St Fernando et Pitch lake. Nous commencions a avoir l’habitude de prendre les maxi (minibus) et pour nous ce n’était plus qu’une formalité. Le seul problème est d’en trouver un avec 2 places de libres.

Saint Fernando est la 2e ville du pays, et au niveau de la circulation c’est le même bordel que Port of Spain. Je pense que se balader en voiture la-bas revient a se casser la tête. Nous avons flâné dans la rue commerciale principale, remontant un coté de la rue et redescendant par l’autre. C’est très animé avec les réelles boutiques et les stands sur les trottoirs. Ils vendent plus ou moins tous la même chose, et c’est au petit hasard que je me suis arrêté a l’un des stand pour y acheter des élastiques. La rue grouillait de monde mais personne ne tenait le stand. La dame a fini par se montrer, elle se tenait derrière moi a l’ombre et ne m’avait pas vue a cause du flot incessant de passants. On a aussi cherché une petite peluche de tortue pour aller avec le lézard de Gunes mais encore une foi sans succès. On a traversé plusieurs pays et fait je ne sais pas combien de boutiques pour enfants mais pas une n’a de tortues ! C’est a croire que cet animal n’est pas vendeur… devant ce manque de succès on a continué notre route toujours en maxi jusqu’à Pitch Lake (lac de goudron) et heureusement que Gunes gardait le focus sur la route car avec moi on se serait retrouvé a l’autre bout de l’ile sans que je m’en aperçoive.

OLYMPUS DIGITAL CAMERALe lac de goudron était déjà appelé Piche par les Amérindiens. Sir Walter Raleigh l’a référencé en 1595 lors de sa recherche de l’El Dorado. Il a calfeutré ses navires avec le goudron qui était pus efficace que l’équivalent anglais utilisé a cette époque. Il en a ramené en Europe lors de son second voyage et quelques années plus tard le gouverneur Don Jose Maria Chacon d’Espagne a ordonné la construction d’une raffinerie juste a coté pour exporter le goudron en Espagne. Ensuite la concession est passée aux anglais, avant de devenir privée.

Personne ne sait réellement comment le lac s’est formé, il existe plusieurs suppositions scientifiques et quelques légendes. Les scientifiques hésitent toujours entre un ancien volcan de boue et d’huile qui aurai créé une mixture en s’évaporant sur plusieurs siècles et laissé ce résidus visqueux (goudron) qu’on a aujourd’hui ou un phénomène lié aux plaques de la terre.

La légende des amérindiens dit que c’est la punition des dieux. Elle serait a cause de du Chaman qui aurai cuit et mangé un colibri qui est sacré pour fêter la victoire sur une autre tribu. Ça a mis le dieu en colère et il a ouvert la terre pour engloutir le village, laissant sur place du goudron fondu. Des poteries retrouvées sur place confirmeraient la légende.

OLYMPUS DIGITAL CAMERACoté réalité, le goudron forme le fond du lac avec des parties plus ou moins solides voir même un coin liquide. Pendant la saison des pluies, des piscines se forment dans les crevasses du goudron. İl y en avait très peu lors de notre passage. L’eau y est réputée comme source de jeunesse et a des vertus guérissantes pour les maladies de peau. Mais il faut être motivé pour y rester car comme le dit le guide avant de commencer la visite, ça pue le méthane qui s’évapore du goudron en formation. Ce dernier nous a fait la démonstration du goudron semi liquide et m’a fait marcher sur le goudron mou. J’y ai laissé mes empruntes de pieds mais je ne suis pas sure qu’elle y resteront longtemps. Le sol est en perpétuel mouvement et l’impression est vraiment de marcher sur les nouveaux sols des parcs pour enfants car seul la surface est durcie. Entre les évaporations de gaz et la chaleur, il y a régulièrement des feux de bush tout autour ce qui donne une ambiance sinistre a l’endroit. C’est le plus grand lac de goudron du monde et le seul ou il est possible de marcher dessus, une merveille géologique qui vaut le coup d’oeil si vous êtes dans le coin.

Cette visite de 45 min sous le soleil qui cognait nous a fait rêver de rafraîchissement et comme si elle nous avait entendue une vendeuse de glace de rue est apparue juste a ce moment la en face du portail. Qui oserai regarder une glace de noix de coco fraîchement faite maison sans en prendre ? Je n’aime pas la glace coco industrielle, mais je suis devenue fan de la glace coco locale, le goût n’a rien a voir. Tout juste servis, la vendeuse a repris sa voiture pour un autre endroit et nous avons recommencé la course des maxi.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Connaissez vous d’autres places d’intérêt géologique mais ne donnant pas spécialement envie?

Leave a Reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.