Un tour en Mer

Etant repartie de Tutoia, j’ai suivi un brin d’asphalte avant de renouer avec les pistes, cette fois plutôt en latérite histoire de me laisser un peu de répis avec le sable. Rien de bien particulier à signaler jusque là, hormis une erreur sur la carte… Ça y est, je commence à avoir l’abitude de la regarder! En demandant le nom du prochain village, toute fière de savoir où je usis censée allée, j’ai demandé mon chemin. Bémol : le pseudo village est censé être derrière moi… au départ, j’ai pensé ok j’ai encore loupé le croisement, c’est quotidien mais allez savoir pourquoi j’ai eu la brillante idée de demander la direction du suivant sur la carte. Alors là changement de discour, je suis bien sur le bon chemin mais il faudrai savoir où je veux aller! Et comment je suis censée deviner que ma carte est fausse? Peut de temps après, j’ai eu une belle frayeur, une voiture à dérapé droit sur moi. Mais eu… et… eu… nan elle fait pas ça? mais non le conducteur gère, tu psychote ma grande… mais OLYMPUS DIGITAL CAMERAnon je psychote pas elle me vient vraiment droit dessus! Sauf que à la base je suis tranquilement arretée au bord de la piste pour faire une photo, forcément le temps que l’info arrive à mon cerveau, que j’ai l’idée de tourner la clé, de sortir de kik, d’appuyer dessus pour démarrer, de passer la vitesse, d’avancer… La voiture était à 2cm de moi à l’étape tourner la clé… et là miracle! le conducteur a filé un grand cou d’accélérateur et ça a fonctionné! pfiou!!! il s’en est fallu de peu pour finir au sol… Rassurez vous la voiture devait être à 20km/h. J’en suis quitte pour une bonne montée d’adrénaline! La latérite n’as pas duré… Comme si le sable me manquait… Je me suis laissée distraire par un 4×4 et j’en ai oublié ma concentration, du cou gamelle assurée! Tout doucement, la première du voyage et c’est super frustrant. Oui je sais je voyage à moto, ça devait arriver un jour mais c’est toujours mieux quand c’est un autre jour! J’estimais avoir déjà eu ma dose d’adrénaline pour la journée. Pour me remettre de mes émotions,une sieste en hamac à l’ombre d’un immense arbre était l’idéal. A mon réveil, un couple de villageois s’était installé dans un hamac près de moi et me regardait. Où je suis? c’est qui eux? a oui… finallement ils ont engagé la discution et m’ont remis le moral au beau fixe, après tout je vais pas me laisser miner le moral pour des broutilles. OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Ce soir là, j’ai trouvé un coin charmant pour poser la tente. Il était grand temps de voir si elle tient toujours la route depuis plus d’un an sans utilisation. Première impression : elle est sacrément froissée! Ensuite, les geste sont revenus tout seuls et en moins de 2 min c’était une affaire réglée. Ça faisait tout bizarre de repasser une nuit dedans, comme si c’était hier la dernière fois alors que c’était à Antigua, à des milliers de km de là.

Le lendemain, direction la plage et tant pis si il y a un détour à faire. J’ai une sacrée envie de voir à quoi ressemble la mer ici, si elle démaronise enfin ou toujours pas. Au bout de la route, enfin la mer et waou! elle est bleue transparente digne des caraibes malgré un delta juste à coté! Ça change, j’avais presque oublié que ça existait! Se baigner en voyant ses pieds, je devais vraiment avoir l’air bête à les contempler une fois dans l’eau.

OLYMPUS DIGITAL CAMERALa route pour en repartir était sacrément chouette, alternant verdure et zone déserte etOLYMPUS DIGITAL CAMERA pour être fidèle au Brésil, des lignes droites à l’infini.

N’ayant absolument aucune envie de rejoindre la grande route, et la petite étant promettante avec parc national à la clé, mon choix n’a pas été long pour me décider même si je savais pertinament qu’il n’y avait aucun pont pour traverser le delta là où je me rendais. Ça sera le défi du jour! Je vous laisse regarder la vidéo qui vous explique la fin de la journée.

Leave a Reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.